fur is biodegradable

La fourrure est une ressource naturelle, renouvelable et durable. Cela veut dire que nous utilisons seulement une partie de ce que la nature produit chaque année sans diminuer les populations fauniques ni endommager les habitats naturels où elles vivent. Le but est de maintenir l’équilibre écologique à long terme.

Dans la nature, tous les animaux et les plantes se reproduisent en un nombre supérieur à ce que la nature peut nourrir. Comme tout autre espèce, nous, les humains, faisons usage de ces surplus. Toutefois, nous avons la responsabilité de protéger les habitats qui nous procurent de si précieuses ressources. L’objectif est de vivre des "intérêts" créés par la nature chaque année, sans toutefois départir l’environnement de son "capital". Dans le langage moderne, cela correspond au développement durable des ressources naturelles. Les peuples aborigènes parlent du "cercle de la vie".

La fourrure est un ressource naturelle et renouvelable - Eco fourrure écologique
Les fibres synthétiques sont habituellement faites à partir de dérivés du pétrole (une ressource non renouvelable) ce qui n'est PAS en accord avec l'utilisation durable de notre environnement. La production, le transport et les déchets des substances pétrochimiques peuvent donner lieu à des problèmes environnementaux.

À l'échelle internationale, le secteur de la fourrure est un exemple remarquable du concept de développement durable de nos ressources naturelles. Les espèces utilisées par l’industrie sont abondantes. Et aucune espèce menacée de disparition n’est utilisée. Au Canada, les saisons limitées de piégeage, les quotas, l’enregistrement des prises et la formation des trappeurs sont des mesures qui assurent l’utilisation durable des ressources naturelles.
Grâce à ces règlements établis par les gouvernements, les castors et les rats musqués, qui représentent plus de la moitié des fourrures sauvages récoltées au Canada, sont des espèces aussi abondantes de nos jours que lors de la venue des Européens au Canada il y a 400 ans. En fait, la situation est telle, que la récolte totale de l’ensemble des espèces exploitables pourrait théoriquement être doublée et ce, sans mettre en danger la préservation et pérennité des espèces.
Suivez-nous
Piéger le coyote - Trappeurs Gestionnaires du Québec
La fourrure assure-t-elle le bien-être des animaux?