L'élevage d'animaux à fourrure
Lorsque les êtres humains élèvent des animaux, ils ont une responsabilité de leur donner les meilleurs soins et d’éviter toute souffrance inutile. En Amérique du Nord, les visons, renards et chinchillas sont élevés dans des fermes, mais les visons sont plus importants en termes de nombre.

Des soins de qualité pour une fourrure de qualité

Des normes qui régissent l’élevage (nourriture, logement, euthanasie, etc.) des visons et renards ont été élaborées par le Ministère de l’Agriculture du Canada, en concertation avec les producteurs et les organismes dédiés à la protection des animaux. Elles sont précisées dans le Code de Pratiques recommandées d’Agriculture Canada. Des normes semblables ont été mises en pratique aux États-Unis et en Europe. La seule façon d’obtenir des fourrures de qualité c’est de prodiguer de bons soins aux animaux; c’est le meilleur incitatif pour l’éleveur de respecter ces normes: les éleveurs qui négligent leurs animaux ne resteront pas en affaires longtemps.

Méthodes d’euthanasie humanitaires

Les éleveurs sont responsables des soins apportés aux animaux dès leur naissance. Les visons sont généralement euthanasiés avec du monoxide de carbone embouteillé. Lorsqu’est venu le temps d’euthanasier les visons, une unité mobile est apportée vers les cages pour éliminer le stress qui serait causé par le déplacement des animaux.

Le role des fermes de vison dans la chaîne agricole

Les visons d’élevage sont nourris des restes provenant d’abattoirs, d’usines de poisson et autres traitements de la nourriture, ils «recyclent» des ordures qui autrement, seraient jetés dans les dépotoirs. En plus de la fourrure, le vison fournit des huiles de protection pour le cuir, des engrais organiques et bien plus. Tout est utilisé.
Suivez-nous